c'est la dernière étape découverte de notre visite de Lille et ses environs

vous l'avez déjà vue chez Eva puisque nous y étions ensemble

et Odile a fait aussi deux très beaux reportages sur cette fantastique villa

mais je vous montre tout de même mon point de vue puisque chacune de nous à son "oeil"

voici la façade d'entrée de cet immense vaisseau recouvert de briques jaunes

DSC01846 (Copier)

 

le hall d'entrée et ses boites de lumière

DSC01870 (Copier)

qui débouche sur le grand salon de 92 m2

DSC01876 (Copier)

que l'on voit depuis la passerelle de l'étage avec son immense baie vitrée donnant sur le jardin (la hauteur sous plafond est de 6,75 m)

le coin feu en marbre jaune de Sienne

DSC01858 (Copier)

une partie des meubles a été restituée

DSC01847 (Copier)

à côté se trouve l'immense salle à manger en marbre vert de Suède, hélas dépouvue de tout mobilier, ce qui en accentue la froideur

DSC01849 (Copier)

 

à sa suite, la salle à manger des enfants est beaucoup plus plaisante avec son tableau mural évoquant les jeux et les loisirs - le mobilier est celui d'origine

DSC01851 (Copier)

 

poursuivons par la cuisine et l'office, immenses

cuisine

de l'autre côté du vaste salon nous trouvons le bureau aux boiseries en poirier naturel

bureau

puis les chambres de jeune homme pour les deux fils ainés de la famille

DSC01866 (Copier)

si la première a retrouvé son mobilier d'origine la seconde, la chambre jaune, n'en a gardé que les boiseries

chambre jaune

chaque chambre de la maison a évidemment sa salle de bain

DSC01865 (Copier)

en empruntant l'escalier nous arrivons d'un côté dans la chambre parentale dont les meubles, d'origine, sont en placage de palmier 

DSC01893 (Copier)

 

attenant à la chambre, le boudoir personnel de Madame Cavrois au mobilier d'origine également

DSC01894 (Copier)

et l'extraordinaire salle de bain (60 m2) en marbre de Carrare blanc qui s'ouvre directement sur une terrasse

DSC01889 (Copier)

 

de l'autre côté de l'étage nous passons par la salle de jeux des enfants (72 m2)

DSC01882 (Copier)

qui possède un demi étage en mezzanine donnant sur les salles d'étude des enfants - le mobilier d'origine est en chène cérusé

DSC01887__Copier_

et débouchant sur la très belle terrasse-pergola

DSC01885__Copier_

 

de là, nous avons vu sur la maison du gardien à l'entrée de la propriété

DSC01883 (Copier)

et de l'autre côté sur le jardin (ou ce qu'il en reste car il était bien plus grand à l'origine)

DSC01886__Copier_

 descendons justement au jardin pour admirer la façade sud de la maison où l'on voit bien son allure de paquebot aux différents ponts

DSC01899 (Copier)

avec le couloir de nage juste devant
et voici la maison vue du fond du jardin avec le miroir d'eau 

DSC01905 (Copier)

et une dernière vue d'ensemble

DSC01906 (Copier)

cette extraordinaire maison a été réalisée par l'architecte Robert Mallet-Stevens entre 1929 et 1932 pour Paul Cavrois et sa famille, riche industriel de Roubaix possédant filature et usines de teinture du coton et de la laine - il avait donné "carte blanche" à l'architecte et cette maison est un des rares exemples de l'architecture moderniste de l'entre deux guerres - c'est également Mallet-Stevens qui a réalisé tout le mobilier et la décoration de la maison - mais la période faste sera de courte durée car la maison sera occupée par l'armée allemande qui en fera une caserne - après la guerre la maison sera reprise par la famille qui y fera pas mal de transformations - Paul Cavrois décède en 1965 - si Lucie Cavrois continue de l'habiter jusqu'à son décès en 1985, les deux fils aînés, qui n'ont jamais vraiment apprécié l'architecture très avant-gardiste de la villa, se sont fait construire des maisons très traditionnelles dans une partie de ce qui fut un parc à l'origine

ce sont les toits que l'on aperçoit 

DSC01874 (Copier)

 

durant cette période l'industrie textile périclite, Lucie Cavrois n'a plus les moyens de l'entretenir et la maison se dégrade - à son décès tout le mobilier et les éléments de décors seront vendus aux enchères - puis la maison sera vendue car entre-temps le quartier est devenue une banlieue huppée de l'agglomération lilloise et le terrain a de la valeur - en 1987 l'ensemble est cédé à un promoteur qui envisage tout simplement de raser la maison et de construire 6 immeubles à vocation locative - c'est le voisinage, qui ne souhaitant pas voir ces immeubles se construire, se mobilise le premier pour empêcher le projet d'aboutir - bilan : des années de tracasseries administratives et une villa pillée, saccagée, vandalisée

117275725

 

(photo prise sur le blog d'Odile)

ce n'est qu'en 2001 que l'Etat en devient propriétaire et lance un immense chantier de rénovation pour lui redonner son aspect tel que l'on découvert les invités du mariage de la fille ainée, Geneviève, le 5 juillet 1932

117264210

un exemplaire travail de recherches a été effectué pour retrouver les rares documents d'époque,  notamment une série de photos miraculeusement retrouvées ..... à Montréal !!

en ce qui me concerne j'ai été époustouflée par cette maison (Eva un peu moins, ce qui ne l'a pas empêchée de faire des photos plus belles que moi !) 

Mallet-Stevens est également à l'origine d'autres constructions, notamment la villa Noailles à Hyères (dans le Var)

Hyères_(83)_-_Villa_Noailles_-_Entrée

ainsi que plusieurs immeubles dans la rue qui porte son nom à Paris, dans le 16e arrondissement

(on reconnait bien les mêmes éléments d'architecture)

explo_9_75116_10_photo1_g

rue que j'ai eu l'occasion de découvrir il y a quelques années 

c'est ce long billet qui clôture notre visite dans le Nord - lorsque vous le découvrirez je serais de nouveau en balade avec Eva ... dans l'Est 

alors à bientôt pour la suite de nos balades